lundi 2 mars 2015

20) Perdus dans la Pampa

27 février
Nous sortons de la Cordillère des Andes par la nationale 7, spectacle grandiose, le relief et les couleurs sont bluffantes, en plus le beau temps est de la partie.


 Puis nous arrivons en plaine ou nous prenons la mythique ruta 40, ici elle est en fait une double voies rectiligne et sans intérêt entre les vignes, et nous mène direct non à la shuva, mais à la lluvia, ici on est passé du portugais a l'espagnol. 60km plus loin, nous arrivons à San Rafael, trempés et froids, fini aussi la pluie à 28 degrés.

De bonne heure à l’hôtel, nous prenons le temps de goûter les vins de la région, cabernet sauvignon de 2006 intéressant,

puis un cabernet sauvignon de 2004, mais "première récolte"; tiens ils feraient donc récoltes par ans? en attendant, le second est bien plus abouti et s'approche un peu d'un hautes cotes de Beaune.


28 février
Allez hop, reste 1000 bornes pour Buenos Aires, faut y aller. Ici, des vignes sur 100km non stop, puis des oliviers sur 120, puis des vaches sur 100, et là, on est dans la Pampa, ce n'est pas une expression, il s'agit de la région. On cherche un dab alimenté, on trouvera à Realico, la banque de la pampa, justement, mais la ville est presque morte, bien que très propre et ordonnée, on ne voit personne, un samedi soir!!



1 mars
Toujours à travers la Pampa, nous avançons au milieu des vaches et des étangs accueillant des flamants roses, mais le paysage est toujours aussi plat nous flirtons les 45m d'altitude depuis 500km, heureusement il y a deux courbes pour nous réveiller.


 Nous faisons étape à Carmen de Areco sympathique bourgade étalée sur 10km de long mais elle aussi inscrite au concours ville morte...pas un chat, tout est fermé. Nous dînerons d'un sandwich à la station essence ya que ça d'ouvert!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

vous pouvez laisser ici un avis, un conseil ou une expérience sur ce parcours.